Vitrine des expériences, des merveilles naturelles et de la culture des Territoires du Nord-Ouest.

La version originale de cet article a été publiée sur le site Web de Spectacular Northwest Territories.

 

Les Territoires du Nord-Ouest sont un véritable paradis polaire pour les amateurs de faune, qui peuvent y trouver des animaux aussi étranges que rares. Ces bêtes sont parfois bien cachées, mais elles peuvent aussi surgir juste devant vous, au beau milieu de la route, ou venir se percher au-dessus de votre tente. Vous vous demandez alors quoi rechercher et où regarder? Pour le savoir, voici un guide d’initié sur 13 espèces à ne pas manquer.

 

Bœuf musqué

Cet ongulé aux airs de mouton, presque aussi grand qu’un homme et qui peut peser jusqu’à 320 kg, est un vestige de la période glaciaire. Il est revêtu d’une sous-couche de laine extrêmement chaude recouverte d’une crinière pelucheuse marron foncé. Son alimentation est constituée notamment de saule, de joncs et de camarine noire.

 

Où l’observer :

 

Le bœuf musqué vit principalement sur l’île Banks, dans le Haut-Arctique. Si vous visitez le parc national Aulavik, vous serez presque certain d’en voir, souvent de très près. Cet animal est également observable dans de nombreuses autres régions des Territoires du Nord-Ouest, comme le bras oriental du Grand lac des Esclaves et le secteur longeant le milieu du parcours du fleuve Mackenzie. Il y a quelques années, on en a même aperçu un aux populaires chutes Cameron, à proximité de Yellowknife.

 

Pélican d’Amérique

Doté d’une envergure pouvant atteindre 3 m, d’un bec de près de 40 cm et d’une poche volumineuse, ce grand oiseau blanc est l’un des occupants les plus remarquables du ciel nordique. À l’âge adulte, il peut engloutir plus de 2 kg de poisson par jour.

 

Où l’observer :

 

Le meilleur endroit pour observer des pélicans d’Amérique aux Territoires du Nord-Ouest est de loin les rapides de la rivière des Esclaves, à la sortie de Fort Smith. Ces oiseaux nichent en grosses colonies sur les îles qui parsèment le cours d’eau, se servant du bouillonnement du courant pour se protéger des prédateurs et pour capturer le poisson dont ils se délectent.

 

Orignal (élan d’Amérique)

D’une taille atteignant 1,80 m au garrot et d’un poids de près de 500 kg, l’orignal est le roi de la famille des cervidés, statut renforcé par les imposants bois que le mâle arbore généralement. L’été, cet élan d’Amérique se régale de potamots et de nénuphars; l’hiver, il grignote des rameaux.

 

Où l’observer :

 

L’orignal peuple pratiquement toute la partie continentale des Territoires du Nord-Ouest, mais comme ce sont des nomades solitaires, il est impossible de dire où et quand vous en verrez. Pour augmenter vos chances, empruntez la route Liard ou prenez la direction des montagnes Mackenzie.

 

Caribou de la toundra

Pesant jusqu’à 150 kg et mesurant plus d’un mètre au garrot, le caribou de la toundra a été de tout temps l’espèce d’ongulé la plus abondante aux Territoires du Nord-Ouest, et la source d’alimentation humaine la plus recherchée. Il possède de longues pattes qui se terminent par de larges sabots – l’équipement idéal pour évoluer sur la neige – et se nourrit principalement de lichen.

 

Où l’observer :

 

Comme l’indique son nom anglais (barren-ground caribou), le meilleur endroit pour observer ce caribou est les Barrenlands. Vous le rencontrerez souvent dans le parc national Tuktut Nogait – dont l’appellation signifie d’ailleurs « petit caribou » – ou parfois sur la Tibbitt-to-Contwoyto Winter Road, une route hivernale aménagée au nord-est de Yellowknife.

 

Mouflon de Dall

Cette agile chèvre de montagne à la toison d’un blanc éclatant pèse généralement entre 60 et 90 kg, et le mâle comme la femelle arborent des cornes recourbées brun-jaunâtre. Son régime alimentaire est composé de lichen, de mousses et de graminées.

 

Où l’observer :

 

Le mouflon de Dall est un véritable alpiniste – pour l’observer, vous devrez donc vous rendre dans les montagnes. Les adeptes du canoë et de la randonnée les aperçoivent régulièrement passer d’un escarpement à l’autre dans la réserve de parc national Nahanni, la réserve de parc national Nááts'įhch'oh, et sur le sentier Canol.

 

Lagopède

Oiseau le plus aimé de la population locale, ce membre de la famille des galliformes, qui se distingue par ses pattes recouvertes de plumes, est une des rares espèces aviaires à vivre toute l’année dans la région subarctique. Doté d’un plumage marron en été et blanc en hiver, il doit sa survie à son art du camouflage plutôt qu’à son habileté au vol (plutôt médiocre) ou à son intelligence (ne vous attendez pas à ce qu’il se sauve si vous foncez dessus!).

 

Où l’observer :

 

Si le lagopède migre habituellement vers l’arrière-pays l’été, il est très commun l’hiver dans les communautés nordiques, où on peut le voir perché sur de petits arbustes ou gambader en gros groupes le long des routes, telles des nuées floconneuses.

 

Bison des bois

Pouvant mesurer jusqu’à 1,80 m au garrot et pesant près d’une tonne, le bison des bois des Territoires du Nord-Ouest est le plus gros animal terrestre en Amérique du Nord, loin devant son cousin des Grandes Plaines, reconnaissable à sa toison plus claire. Herbivore, il se nourrit notamment de carex et de graminées.

 

Où l’observer :

 

Le bison des bois abonde dans le sud des Territoires du Nord-Ouest, et on peut fréquemment l’apercevoir sur le bord des routes, à la recherche de la brise qui éloignera les insectes. Vous le trouverez dans le parc national Wood Buffalo et aux alentours, sur la route 3 entre Fort Providence et Behchoko, ainsi que sur la route Liard.

 

Grizzly

Reconnaissable à son long museau, à sa bosse proéminente et à la collerette qui entoure son cou musclé, le grizzly est un prédateur bien connu aux Territoires du Nord-Ouest. Même s’il est plus petit ici que dans le sud, il peut faire osciller la balance à plus de 200 kg. Omnivore, le grizzly se nourrit aussi bien de racines que de bœuf musqué.

 

Où l’observer :

 

Le grizzly est aussi répandu dans les montagnes que dans les Barrenlands des Territoires du Nord-Ouest. Mais vous aurez plus de chances de le rencontrer le long de la route Dempster, où il parcourt le paysage alpestre à la recherche de nourriture.

 

Corbeau

D’une stature imposante, pourvu d’un grand bec et arborant une livrée d’un noir de jais, le grand corbeau est un personnage familier et obsédant du Nord. Bien plus gros que sa cousine la corneille, il est réputé pour son intelligence et sa créativité; il opère souvent en paires ou en équipes pour chercher la nourriture et se tenir au chaud durant le long hiver arctique.

 

Où l’observer :

 

Il suffit de lever les yeux! Les corbeaux abondent dans toutes nos communautés. Les gens du Nord ont un rapport amour-haine avec ce fauteur de troubles : ne vous étonnez pas si l’un d’entre eux vient narguer votre chien, file avec votre balle de golf ou s’empare de votre sandwich!

 

Ours polaire

Grand seigneur blanc de l’Arctique, l’ours polaire est tout à fait chez lui aux Territoires du Nord-Ouest. Nomade solitaire, il peut peser plus de 450 kg et mesurer jusqu’à 3 m. Il se nourrit principalement de phoque.

 

Où l’observer :

 

L’ours polaire vit tout le long de la côte arctique et dans toutes les îles du Haut-Arctique. Pour avoir le plus de chances d’en observer, partez en randonnée guidée en motoneige à partir d’Ulukhaktok ou de Sachs Harbour au printemps.

 

Grue blanche

Tirant son nom anglais (whooping crane) du mugissement qu’elle pousse, la grue blanche est le plus grand oiseau d’Amérique du Nord, et l’un des plus rares. Après avoir failli disparaître au siècle dernier, sa population mondiale à l’état sauvage s’est rétablie pour compter aujourd’hui environ 440 bêtes. Atteignant 1,50 m de haut, elle barbote dans l’eau peu profonde à la recherche de proies telles que des poissons, des grenouilles et des insectes aquatiques.

 

Où l’observer :

 

En raison de leur faible nombre, il est rare d’observer des grues blanches. S’envolant pour le nord au printemps, elles nichent généralement dans le parc national Wood Buffalo, loin de la route – et des regards indiscrets. Toutefois, on a confirmé ces dernières années qu’un couple nichait dans les plaines salées faciles d’accès, aux abords immédiats de Fort Smith.

 

Renne

Version domestiquée du caribou, le renne partage avec son cousin sauvage son allure élancée et ses sabots évasés rappelant des raquettes. Il est généralement recouvert d’un pelage blanc, havane et marron, et le mâle comme la femelle portent des bois.

 

Où l’observer :

 

Le plus gros troupeau de rennes du Canada, fort de 3 000 bêtes, parcourt la toundra du delta du Mackenzie. Pour l’observer l’hiver, joignez-vous à une randonnée guidée en motoneige à partir d’Inuvik. Au printemps, quand il se rend à ses territoires de mise bas sur la côte, empruntez plutôt la route de glace qui part d’Inuvik pour se rendre au nord.

 

Béluga

 

Le béluga est l’espèce de baleine la plus commune aux Territoires du Nord-Ouest. Ce cétacé d’un blanc laiteux est connu pour ses gazouillis, son cou flexible et son front bombé (qu’il utilise pour l’écholocalisation). Se nourrissant normalement de poissons marins, il peut atteindre 5,50 m de long et peser jusqu’à 2 tonnes.

 

Où l’observer :

 

Si vous voulez voir ces baleines blanches, le meilleur moyen est de parcourir l’embouchure du fleuve Mackenzie en bateau ou en avion. Des bélugas y sont fréquemment observés, particulièrement dans les lacs Husky, près de Tuktoyaktuk.

Related Posts