Que vous préfériez le tourisme urbain ou de nature, la Colombie-Britannique vous séduira.

Texte original d’Amy Watkins publié sur le blogue de Hello BC.

 

Parce que Vancouver est située entre montagnes saupoudrées de neige et océan étincelant, il y est très facile de quitter la ville pour s’immerger dans la nature. Sortez de la jungle urbaine et découvrez de vieilles forêts pluviales, de majestueux sommets et de magnifiques plages tout près du centre-ville.

 

Se promener au parc Stanley

 

L’immense parc Stanley (4 km²) est, au centre-ville, la couronne de jade de la péninsule de Vancouver. Il s’explore en vélo, à pied ou même en calèche, par la promenade du littoral de 10 kilomètres (observez des phoques ou, si vous avez de la chance, des baleines) ou par les sentiers de la forêt pluviale ancienne du parc (cherchez la mare aux nénuphars du lac Beaver et saluez les tortues du lagon Lost Lagoon). Rendez-vous aussi au plus grand aquarium du Canada si vous souhaitez voir encore plus de créatures marines, ou bien reposez-vous sur une des belles plages du parc. La plage de la baie English est la plus proche du centre-ville, et Celebration of Light, une compétition de feux d’artifice, s’y tient tous les étés. De là, une courte balade sur la promenade du littoral vous mène à Third Beach, une plage isolée où contempler des couchers de soleil exceptionnels.

 

S’échapper à la plage

 

Qu’il fasse beau ou non, les neuf plages de Vancouver vous invitent à profiter de paysages incroyables et à vous évader sans trop vous éloigner de la vie urbaine. Dans l’ouest de Vancouver, vous trouverez les plages sablonneuses de Kitsilano, de Locarno et de Jericho, qui offrent toutes des vues panoramiques et photogéniques sur les gratte-ciel du centre-ville et les montagnes du North Shore. Plus loin, après une promenade le long du promontoire, vous arriverez aux longues étendues de sable de Spanish Banks. Vous emprunterez ensuite le sentier Foreshore sur le rivage de l’Université de la Colombie-Britannique pour une vue incroyable de la baie Howe, de l’île de Vancouver et des îles Gulf. Baignez-vous dans l’océan, puis, non loin de là, plongez-vous dans la forêt du parc régional Pacific Spirit, un réseau de sentiers boisés de 38 kilomètres.

 

Faire une randonnée dans Lighthouse Park

 

Dressé aux portes de la baie English, habillé de rouge et de blanc, ce phare pittoresque guide les navires vers le port depuis les années 1870. Lieu historique national, le parc Lighthouse Park, situé à West Vancouver, comprend des sentiers courts, parfois difficiles, qui sillonnent une forêt dense le long du littoral. La pointe Atkinson attire les ornithologues : on y observe des cormorans qui plongent dans les profondeurs et des aigles qui effleurent le ciel. Les promeneurs de chiens affectionnent les sentiers sans laisse de la vieille forêt. On emprunte ceux-ci jusqu’au belvédère du phare pour admirer une vue incroyable de la baie Howe, de la baie English et du phare lui-même (de quoi nourrir un compte Instagram). 

 

Se perdre (et se retrouver) au jardin botanique VanDusen

 

Derrière les portes du jardin botanique VanDusen se trouve une oasis impeccable. À quinze minutes de route à peine du centre-ville, ce parc de 0,2 km² abrite plus de 7 500 espèces et variétés de plantes. Il y a toujours quelque chose en fleurs dans le jardin : cerisiers, rhododendrons et magnolias au printemps, astres et hortensias à l’automne, sans compter les riches couleurs automnales des ginkgos. Faites des provisions pour un pique-nique au café Truffles ou optez pour un repas en terrasse à l’élégant restaurant Shaughnessy. Le labyrinthe élisabéthain, fait de 3 000 cèdres pyramidaux, vaut aussi le détour.

 

Au conservatoire Bloedel, qui est affilié à VanDusen, la température est tropicale toute l’année. Aussi à quinze minutes du centre-ville, mais situé dans le parc Queen Elizabeth, ce paradis exotique sous dôme comprend plus de 120 oiseaux à vol libre et 500 plantes et fleurs.

 

Vaincre sa peur : le pont suspendu et le parc de Capilano

 

Deux autres sites naturels magnifiques à un quart d’heure en voiture du centre-ville : le pont suspendu de Capilano (situé dans le parc éponyme) et le mont Grouse avoisinant. Construit en 1889, le pont suspendu de Capilano offre aux plus téméraires une vue imprenable de l’impétueuse rivière Capilano, qui rugit à 70 mètres en contrebas. Le parcours accrobranches Treetops Adventure vous invite à grimper dans de majestueux sapins avec ses sept passerelles suspendues à 34 mètres au-dessus du sol. Sinon, affrontez la merveille d’ingénierie qu’est la passerelle en porte-à-faux Cliffwalk. Fixée à la falaise en 16 points seulement, elle surplombe la rivière.

Related Posts