Que vous préfériez le tourisme urbain ou de nature, la Colombie-Britannique vous séduira.

Cet article a été initialement publié sur le site de Hello BC.

 

Il n’est pas difficile de trouver des villages pittoresques, voire insolites, sur la côte de la Colombie-Britannique. Cette province canadienne qui longe le Pacifique sur près de 26 000 km compte quelque 40 000 îles, où on vit au rythme décontracté caractéristique de la côte Ouest, chaque endroit dégageant bien sûr un style et une ambiance propres. Nous vous proposons aujourd’hui cinq destinations qui sauront vous surprendre et vous enchanter – au point que vous aurez assurément envie d’y prolonger votre séjour.

 

Tofino : Une localité balnéaire à l’ambiance bohème tout près de la nature

 

Population : 2 000 habitants

Particularité : « Ville de surf par excellence en Amérique du Nord », selon le magazine Outside

À essayer : La bière locale aux algues et les burgers de morue-lingue

On y va pour : Se détendre et s’amuser dans les vagues

S’il y a une ville du littoral dont tout le monde fait l’éloge, c’est bien Tofino, dans l’ouest sauvage de l’île de Vancouver*. Elle offre une combinaison de rêve : longs rivages sablonneux (ceux de Long Beach en particulier), puissantes vagues pour les surfeurs, forêt de cèdres anciens tapissée de mousse et de lichens émeraude digne de l’univers de Tolkien, style décontracté et esprit bohème. Le village est vraiment charmant avec ses restos ambulants, ses artisans de vitraux et les environs vierges et sauvages de la baie Clayoquot. Partez en randonnée, observez les baleines, détendez-vous dans les sources thermales naturelles, apprenez à surfer… Ou encore joignez-vous aux pèlerins qui, l’hiver, viennent regarder les violentes tempêtes balayer les eaux tumultueuses du Pacifique. Et ne manquez pas de profiter de la scène artistique locale, inspirée par la nature et ancrée dans la culture des Premières Nations.

 

* Il y a aussi Ucluelet, plus calme, à seulement 40 km au sud : on y trouve essentiellement les mêmes attraits, mais les paysages y sont plus accidentés et les lieux, moins fréquentés.

 

Steveston : Un port de pêche tout près de la ville

 

Population : 25 000 habitants

Particularité : L’une des plus grandes zones de migration de saumons en Amérique du Nord

À essayer : La dégustation d’un oursin de mer sur le quai

On y va pour : Faire du vélo sur les digues et visiter un authentique village de pêcheurs

Dans les années 1800, ce village côtier où s’activaient des immigrés japonais abritait le plus grand port de pêche et la plus grande conserverie de saumon de la région. Aujourd’hui, bien que Steveston fasse officiellement partie de Richmond, il reste fidèle à ses origines. Facile d’accès car situé dans le Grand Vancouver, le village, à l’embouchure du fleuve Fraser, n’en a pas moins l’allure d’une bourgade maritime. Vous pouvez acheter sur les quais des crevettes, du flétan, du crabe et du saumon fraîchement pêchés. Promenez-vous dans le village historique, parmi les chantiers navals ou à la marina, où s’amarrent 600 bateaux de pêche (la plus grande flotte du pays). Autre option : visitez la Gulf of Georgia Cannery, lieu historique national.

 

Cowichan Bay : Le paradis des locavores

 

Population : 2 500 habitants

Particularité : La première communauté Cittaslow en Amérique du Nord

À essayer : Une bonne miche de la boulangerie européenne True Grain

On y va pour : Découvrir des modes de vie durables avec des pionniers de ce mouvement

Cowichan Bay, un paisible hameau de maisons perchées sur pilotis et regroupées autour d’un sympathique quai, vous invite à ralentir le rythme. Des artistes, des artisans et des familles d’agriculteurs y ont réinventé les bâtiments historiques de ce qui était dans les années 1850 un fort de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson, près de Duncan dans le sud de l’île de Vancouver, et en ont fait une halte idyllique prisée des amateurs de bonne chère qui recherchent des fromages artisanaux, des vins d’exception et du pain biologique (farine moulue à la meule de pierre). C’est un endroit magnifique à visiter en bateau; vous pouvez aussi vous y rendre en voiture, passer la nuit dans une chambre d’hôte ou encore glisser en kayak de mer sur l’estuaire pour y contempler certaines des 200 espèces d’oiseaux recensées.

 

Prince Rupert : Pour contempler la faune

 

Population : 12 500 habitants

Particularité : Un immense port vraiment pittoresque

À essayer : Un café au bord de l’eau à Cow Bay et un verre au Charley’s Lounge

On y va pour : Partir en randonnée, à la pêche ou à l’aventure en pleine nature

Ne soyez pas surpris si vous voyez des grizzlis pêcher sur le rivage, des rorquals à bosse nager au large ou des cerfs gambader sur le trottoir du centre-ville de Prince Rupert, une fière ville portuaire et ouvrière. C’est un point de départ sans pareil pour l’aventure en plein air et l’observation de la faune sur la côte nord-ouest de la Colombie-Britannique – une région isolée, près de la frontière de l’Alaska. Située sur l’île Kaien et reliée au continent par un pont, Prince Rupert est souvent couverte de brume en raison de sa proximité avec la magnifique rivière Skeena et son fjord, avec les montagnes et avec la forêt pluviale, combinaison qui produit aussi nombre d’arcs-en-ciel. Rencontrez des gens vaillants et authentiques, plongez dans la culture amérindienne au Museum of Northern BC, dont le bâtiment évoque une maison longue, et allez observer les ours au refuge de grizzlis Khutzeymateen, non loin de la ville.

 

Powell River : Une parfaite combinaison d’art et de plein air

 

Population : 13 000 habitants

Particularité : Une ville papetière historique réinventée

À essayer : Un film au plus vieux cinéma d’époque encore fonctionnel au pays, le Patricia Theatre, fondé en 1928

On y va pour : Contempler des œuvres et rencontrer des artisans

Les créateurs avant-gardistes ont compris il y a plus de dix ans que Powell River était sur le point de devenir un carrefour extraordinaire : ils s’y sont installés et ont transformé cette ville, qui était jadis la plus grande productrice de pâte et papier à journal au monde. Le résultat est un lotissement urbain tendance, débordant de jeunes excentriques, d’artistes, de marchés en plein air et de festivals. Powell River se trouve dans le nord de la Sunshine Coast, une région prisée des retraités à la recherche de l’atmosphère zen que créent la forêt, les montagnes et les plages de sable. Vous pouvez partir en excursion en bateau, effectuer une plongée, naviguer autour des îles Savary et Cortes en kayak de mer ou faire de la randonnée d’un refuge à l’autre. Sans doute voudrez-vous aussi visiter les bâtiments industriels historiques qui fourmillent aujourd’hui de galeries, de studios, de boutiques et de cafés, et essayer la bière artisanale de style belge à Townsite Brewing.

Related Posts