Soif d’aventure? Les parcs nationaux du Canada, magnifiques et diversifiés, sauront répondre à l’appel. Peu importe la saison, vous trouverez un parc offrant de superbes paysages et des expériences uniques, qu’il s’agisse de camping de luxe ou de raquette. Et en 2017, l’entrée à tous les parcs nationaux canadiens est gratuite : voilà l’occasion rêvée d’en rayer quelques-uns de votre liste. Vous trouvez plus de renseignements sur la carte d’entrée Découverte ici.

 

Le printemps est la saison idéale pour l’exploration en plein air, et vous ne trouverez pas mieux que les parcs nationaux du Canada pour ce faire. En voici cinq à visiter avec l’arrivée du beau temps, où les sentiers invitants et les nouvelles floraisons n’attendent que vous.

Alberta : parc national Elk Island

A post shared by Daryl (@djwoodwarf) on

Créé en 1906, le parc Elk Island a été la première réserve naturelle canadienne, et en 1913, la Division des parcs du Dominion en a fait le sixième parc national du Canada – le seul à être entièrement clôturé.

 

À seulement 40 minutes d’Edmonton, le parc est idéal pour fuir la frénésie de la ville. Sa principale attraction? Les bisons et wapitis, bien entendu! Et si vous avez la bougeotte, participez au festival sur place, essayez le géocaching, ou encore, optez pour les classiques de Parcs Canada comme la randonnée, le kayak ou la voile… Bref, ce ne sont pas les activités qui manquent dans ce parc extrêmement diversifié!

Ontario : parc national de la Pointe-Pelée

À 48 km au sud-est de Windsor, en Ontario, se cache un îlot de verdure : c’est le parc national de la Pointe-Pelée, lequel reçoit, bien qu’il soit l’un des plus petits parcs nationaux du pays, environ 300 000 visiteurs chaque année.

 

La pointe Pelée descend plus au sud que le nord de la Californie, et elle n’a rien à lui envier à notre humble avis. Oasis de forêt luxuriante, ce parc vous promet l’escapade parfaite. Venez vous égailler dans la nature durant le Festival de la plume, où l’ornithologue amateur peut observer la migration de nombreuses espèces d’oiseaux, ou partez en randonnée parmi les fleurs sauvages pour admirer l’éclosion de couleurs printanière. Ou alors, allez-y en douceur en faisant un pique-nique, en pagayant dans les marais ou en explorant les sentiers à votre guise.

Saskatchewan : parc national de Prince Albert

A post shared by Joe Greer (@ioegreer) on

Vous aimeriez admirer l’une des seules populations de bisons des plaines encore en liberté dans son aire de répartition historique? Suivez les panneaux routiers menant au côté ouest du parc national de Prince Albert.

 

À un peu moins de trois heures de Saskatoon, ce parc vous transportera dans un superbe monde sauvage lové au cœur de la forêt boréale. Renouez avec la nature qui vous entoure, comme les arbres imposants, les bisons parcourant librement la plaine et la faune en tout genre. Allez vous dorer sur la plage (avec l’arrivée du temps chaud), partez en canoë, faites du vélo, pêchez, ou encore explorez le village de Waskesiu, qui se trouve au sein du parc lui-même.

 

Terre-Neuve-et-Labrador : parc national des Monts-Torngat

Tirant leur nom du mot inuktitut torngait, « lieux des esprits », les monts Torngat accueillent les Inuits – et accueillaient jadis leurs prédécesseurs – depuis des milliers d’années déjà.

 

Paysages sauvages et accidentés, panoramas à couper le souffle : voilà ce que vous réserve ce parc de Terre-Neuve-et-Labrador assez reculé pour que ses champs immenses et ses sommets déchiquetés semblent encore intouchés. Au printemps, l’endroit attire les campeurs et les randonneurs qui peuvent facilement trouver des sites pour leurs activités, et les adeptes de photographie et d’observation de la faune trouvent aussi leur bonheur sur son territoire de près de 10 000 m2. Une petite chose : n’oubliez pas de vous enregistrer à l’entrée pour que les gardes forestiers puissent suivre la trace de tous ceux qui explorent le parc.

Territoires du Nord-Ouest : parc national Aulavik

A post shared by Kayla Arey (@kaylaarey) on

 

Situé sur l’île Banks aux Territoires du Nord-Ouest, ce parc accidenté et reculé offre une variété de paysages qui feront les délices de tout photographe ou aventurier – désert polaire, oui, mais aussi des vallées fertiles, des côtes rocheuses, des badlands… L’endroit se prête à la randonnée, au camping et même au canoë ou au kayak (quoique vous devrez accéder au parc par la voie des airs ou passer par une pourvoirie). Et si vous ouvrez l’œil, vous pourrez y voir une flore et une faune typiques de cette région nordique, comme le renard arctique, ainsi que des artefacts archéologiques.

Related Posts