VOYAGES D'EXPLORATION

Île-du-Prince-Édouard

  • 186 km parcourus
  • 18 palourdes géantes
  • 1 phare visité

Je me suis beaucoup absenté pour affaires l’an dernier et j’avais promis à Julie et aux enfants de belles vacances en famille cet été. Nous avions entendu parler des charmantes provinces maritimes du Canada et nous avons décidé de tenter notre chance sur l’Île-du-Prince-Édouard. Comparativement aux étés auxquels nous sommes habitués, la région que nous avions à explorer était époustouflante. Des plages à perte de vue et des vallons, des villages accueillants et des maisons de campagne douillettes. L’Île-du-Prince-Édouard était tout à fait ce dont nous avions besoin pour décompresser et nous ressourcer. Les enfants aimaient tracer des figures sur le sable et Julie et moi restions là à les observer. Nous aimions aussi le moment de les mettre au lit, nous en profitions pour aller au bar pour une coupe de vin — mais ils n’ont pas besoin de connaître ce détail.

Jour 1
À la plage
La première journée de nos vacances au Canada, nous sommes arrivés à Charlottetown, sous le soleil, avec une envie irrésistible d’aventure et de glace. La glace d’abord! Après notre première activité canadienne, nous avons décidé de transporter l’aventure dans un endroit où nous pourrions nous rafraîchir : Argyle Shore. Nous y avons découvert une foule de choses : crabes, chutes et le fait que je suis totalement incapable de faire des ricochets sur l’eau. Nous nous sommes ensuite dirigés vers l’immense pont de la Confédération, ce qui nous a pris un peu plus de temps que prévu. Nous nous sommes laissé distraire par une collection de vieux tracteurs et de matériel de pêche, et par un dîner spécial au homard qui méritait assurément notre attention.
Jour 2
Promenade au village
La famille s’est levée tranquillement au petit matin de la deuxième journée, qui a débuté avec des crêpes, du bacon et des œufs. Nous avons déambulé le long des rues colorées de Charlottetown, jusqu’à ce que l’appel des poffertjes se fasse entendre. Il y a des années que nous n’avions pas dégusté ces beignets hollandais. Après une partie de croquet et une visite de l’architecture locale, nous avons décidé de nous en tenir au thème de la journée : les grandes bouffes. Grâce à un bon tuyau, nous nous sommes rendus à un restaurant réputé pour ses homards. J’ai trouvé que la serviette me donnait un beau look. Nous avons terminé la journée par une soirée de danse et de chant appelée Ceilidh – beaucoup plus amusante à vivre qu’à prononcer.
Jour 3
De l'océan à l'assiette
Le vieux phare ressemblait à celui que les marins apercevaient à l’époque : un symbole de réconfort et de sécurité. Nous sommes montés à l’étage supérieur du phare pour observer les vagues qui venaient se briser sur la plage, puis nous nous sommes dirigés vers les quais pour avoir la chance de rencontrer des pêcheurs de crabe. Nous leur avons demandé quel était le meilleur endroit pour le lunch et, à l’unanimité, ils ont répondu Chowder House. Et ils avaient raison : nous avons mangé dans ce petit resto la meilleure chaudrée de poisson de notre vie. Nous avons passé le reste de l’après-midi à explorer Point Prim pour ensuite nous laisser tenter par un dîner à l’incroyable Lot 30 — un petit resto de haute gastronomie qui mériterait amplement ses étoiles Michelin en Europe.
Jour 4
La belle vie
Après le petit-déjeuner, sous un superbe soleil, nous avons sauté sur nos vélos de location et sommes partis à l’aventure, traversant des prés, franchissant des ponts et parcourant l’ensemble de St. Peter’s Bay. Pas étonnant que cet endroit soit à l’origine de l'histoire d'Anne…La maison aux pignons verts. Nous avons stationné les vélos et avons décidé de marcher jusqu’à la plage où Hayden a eu droit à une baignade surprise. Nous avons commencé un match de volleyball à deux contre deux avant de réaliser que le pont le plus près nous suppliait de servir de plongeon. Le soleil se faisait moins sentir et nous avons décidé de relaxer un peu et de regarder la vie passer à partir de notre nouveau lieu de prédilection – le tout nouveau bout du monde.
Jour 5
Golf et pignons verts
J’ai eu la chance de jouer au golf à Glasgow Hills. Le ciel était bleu, le gazon était parfaitement coupé et mon jeu était... disons que cela importe peu — les conditions étaient excellentes. Puis, nous nous sommes dirigés vers la maison d’Anne... la maison aux pignons verts pour un retour dans le temps. Caitlin nous a bien fait rire en essayant une perruque à l’image de la rouquine héroïne. Un bon lunch à la confiturerie nous a donné l’énergie nécessaire pour courir sur la plage de Cavendish — à tout le moins jusqu’à ce que nous passions devant Cow's Creamery pour du fromage et de la glace. Miam! Miam! Nous avons terminé la journée à notre petite habitation — qui, selon moi, était alors l’endroit le plus chaleureux au monde.
Jour 6
Matelots
Pour notre dernière journée, nous nous sommes tournés vers la mer à la recherche de ses richesses. Mais pas question de partir sans quelques pâtisseries fraîchement sorties du four. Le ciel était clair et nous avons reçu notre équipement (qui me faisait penser à une binette) et les instructions du capitaine sur la façon de capturer les palourdes. Samantha a obtenu la plus grosse prise et a ri de moi lorsque j’ai attrapé un crabe de la mauvaise façon et qu’il m’a pincé. Nous avons cuisiné quelques palourdes sur la plage pendant que les aigles nous survolaient en cercle. Puis, nous sommes remontés à bord du bateau. Sur le chemin du retour, nous avons retiré quelques cages à homard et pêché quelques poissons. Notre dernier repas ensemble s’est ainsi composé des meilleurs ingrédients : produits frais et locaux, amitié et esprit indéniablement canadien.